Archives du mot-clé prévision

Révolutions solaires pour astrologues efficaces, de Denis Labouré

Révolutions solaires pour astrologues efficaces de Denis Labouré
Révolutions solaires pour astrologues efficaces de Denis Labouré

Pour la petite histoire, j’ai découvert l’astrologue Denis Labouré en lisant son premier livre sur les Révolutions solaires paru en 1988 aux éditions Pardès. Je n’ai jamais autant annoté un livre que celui-ci, et c’est grâce à lui que je me suis remis à l’astrologie, ne trouvant pas mon bonheur en matière de prévision dans le Traité pratique d’astrologie d’André Barbault qui m’avait servi à faire mes débuts en astrologie.

Vingt-trois années après la parution du premier ouvrage qui traitait des Révolutions Solaires en tenant compte de la précession des équinoxes pour leur calcul et des mi-points de l’École de Hambourg pour leur interprétation, voici un nouvel ouvrage de Denis Labouré sur le même sujet mais traité de manière radicalement différente: révolutions dressées en zodiaque tropique et interprétation faisant appel au texte Sur les révolutions des nativités de l’astrologue arabe Abu Mashar qui vécut au IXe siècle et qui servit de référence à Junctin de Florence.

Petit rappel de définition: la révolution solaire est la carte du ciel dressée pour l’heure exacte où le Soleil retrouve sa position dans le thème natal. Une révolution solaire a lieu à chaque anniversaire et permet de prédire les événements importants de l’année (d’un anniversaire à l’autre).

Selon ce que l’on met derrière la phrase « retrouve sa position dans le thème natal », le thème de RS (Révolution Solaire) sera calculé en tenant compte ou non de la précession des équinoxes. Le premier livre de Denis Labouré calculait les RS en zodiaque sidéral pour en tenir compte. Dans son deuxième livre, le thème de RS est calculé pour le moment où le Soleil revient sur sa position zodiacale tropique, sans prise en compte de la précession.

Dans ses exemples Denis Labouré utilise le lieu où la personne réside à son anniversaire pour dresser la carte de révolution, habitude mise à la mode par Morin de Villefranche au XVIIe siècle. Cela dit, dresser la RS pour le lieu de naissance semble avoir la préférence de l’auteur.

Dans le protocole d’interprétation la première surprise c’est de découvrir l’importance de l’AS profecté et de son maître qui sera appelé le maître de l’année. Pour connaître le signe de l’AS profecté il suffit de faire avancer l’AS natal d’un signe par an. L’AS profecté est un rappel de l’AS natal dans le thème de RS. Son signe « recueille en lui – et cristallise autour de son maître – certains facteurs de la révolution solaire ». Son maître est appelé maître de l’année.

Autre élément d’étude essentiel: le diviseur. Il s’agit du maître du terme égyptien traversé par l’AS radical dirigé pour la date de la RS. Et tout astre qui a aspecté en dernier l’AS dirigé devient son « participant ».

On le voit, l’étude de la RS est pleinement rattachée à des maîtres du temps dont l’influence dépasse parfois la durée de la RS. Il ne s’agit plus d’interpréter une RS indépendamment de ces facteurs essentiels.

Tout paraît simple et tout est compliqué à la fois. Simple car les différents maîtres essentiels sont rapidement repérés, mais compliqué car l’étude des états célestes et terrestres de ces maîtres dans le thème radical comme dans la RS ne sont pas si faciles à peser.

Les étapes plus connues de l’étude d’une RS (analyse de la position de l’AS en maison radicale, par exemple) n’interviennent que plus tard.

Les Parts vont avoir également leur mot à dire pour analyser tel ou tel domaine dans l’année.

Un chapitre est consacré à la datation car même si la RS ne dure qu’un an, il est intéressant d’avoir une plus grande précision dans la datation d’un évènement.

Abu Mashar propose les hebdomades, une manière de découper l’année en 7 périodes égales de 52.18 jours chacune (qu’il est possible de diviser à nouveau en 7 périodes de 7,45 jours). Chaque hebdomade est régit par une planète en commençant par le maître de l’AS de RS, puis par la planète suivante dans l’ordre chaldéen.

Junctin calcule différemment les périodes planétaires. Elles sont d’inégale durée et la première période sera régie par le maître de l’année, la deuxième par la planète qui suit ce maître dans l’ordre des signes du zodiaque. Il reste à déterminer quelle planète indiquera l’évènement!

Autre technique de datation: l’AS progressé. Denis Labouré expose les méthodes simplifiées et les méthodes plus précises. L’évènement annoncé pour l’année pourrait se produire lors de la progression de l’AS en aspect exact à l’AS profecté, au maître de l’année, à la Part concernée ou au dispositeur de cette Part.

Autre progression intéressante: celle de la Lune. Les aspects que formera la Lune progressée pourraient livrer une date de grande précision.

La dernière partie du livre propose l’étude des différents domaines de la vie: santé, carrière, amours, enfants, finances, parents, frères et soeurs.

Evidemment Denis Labouré illustre tout point par des exemples clairs et précis. De plus une fiche récapitulative du protocole d’interprétation est fournie pour avoir toujours sous la main un guide d’analyse.

C’est une véritable somme exceptionnelle sur les révolutions solaires que nous propose Denis Labouré avec ce livre. A vous de devenir maintenant des « astrologues efficaces »!

Le livre est accompagné d’un CD-ROM contenant des extraits audio d’un séminaire animé par Denis Labouré ce qui peut permettre de justifier le prix exagérément élevé du tout.

  • extraits à propos de Manilius (1h32)
  • extraits à propos de Morin (2h37)
  • extraits sur la notion de diviseur (1h27)
  • exercices sur les RS (2h03)

Signalons également que si ce livre, imprimé par Lulu Press, est en grand format A4 à la couverture rigide, l’intérieur laisse à désirer au niveau typographique: police de caractère des titres peu agréable  et surtout coins de pages imitant des pages cornées du plus lamentable effet. On a l’impression d’avoir sous les yeux de mauvaises photocopies !

Produire 100 exemplaires numérotés d’aussi bas de gamme est scandaleux. En général l’éditeur propose un tirage de luxe en choisissant un papier exceptionnel. Ici seul le prix est luxueux. Il est plus que regrettable que les éditions Spiritualité Occidentale continuent à vouloir créer de faux objets luxueux plutôt que de permettre au plus grand nombre d’accéder tout simplement au savoir astrologique.

  • Révolutions solaires pour astrologues efficaces !
  • de Denis Labouré
  • Editions spiritualité occidentale
  • 2011
  • ISBN 9782919576128
  • Prix 150 €
  • 289 pages
  • + 1 CD-ROM
  • + 1 fiche plastifiée recto verso (protocole d’interprétation)

A commander aux Éditions spiritualité occidentale, 6 impasse de la Fontaine, F-67260 Diedendorf

Jyotish, l’astrologie de l’Inde, vol.III Dashas: les périodes et leurs fruits, de Pandit Vishwanath Shastri

Après un premier volume sur les bases de l’astrologie indienne et un deuxième sur les significations des planètes et des signes en maison, voici le troisième volume de cette merveilleuse collection d’astrologie indienne (écrite par un astrologue indien et en français) consacré aux périodes planétaires.

A ma connaissance il s’agit du deuxième livre écrit en français sur le sujet, le premier étant celui de Denis Labouré (ouvrage complètement dépassé par les recherches de l’auteur qui s’appuie surtout sur la méthode de Krishnamurti). Certes, les autres ouvrages d’astrologie indienne font aussi référence aux périodes planétaires, le système de prédiction le plus important pour dater les événements.

Cet ouvrage est donc classique: il s’agit du système Vimshottari Dashas (on attend toujours de pouvoir lire quelque chose en français sur le système Yogini par exemple), le plus populaire des systèmes de dashas (périodes). Pas de polémique non plus sur le choix entre 360 ou 365 jours par an.

Techniquement le système est assez simple: 9 périodes planétaires couvrent une existence de 120 années. Chaque période est régie par une planète (le septénaire et les Noeuds lunaires) et possède sa propre durée: Soleil 6 ans, Lune 10 ans, Mars 7 ans, Rahu 18 ans, Jupiter 16 ans, Saturne19 ans, Mercure 17 ans, Ketu 7 ans, Vénus 20 ans. Ces périodes se suivent toujours dans le même ordre mais chaque natif commence le cycle à un moment précis indiqué par la position de la Lune dans son thème. Il faut donc un peu de patience pour déterminer par calcul quand finit la première période entamée.

Les périodes (Mahas dasha) ayant des durées assez longues, elles sont divisées en sous-périodes (Bhukti) avec une durée proportionnelle: la période de Vénus est divisée en 9 sous-périodes dont la première sera régie par Vénus (d’une durée de 20/120e de 20 années),  la deuxième par le Soleil (d’une durée de 6/120e de 20 années), etc.

Il est encore possible de diviser les sous-périodes en inter-périodes (Pratyantara dasha) de la même façon, et de continuer ainsi encore une fois pour obtenir des fourchettes de temps de plus en plus petites. Mais plus le nombre de divisions est important, plus l’interprétation devient difficile.

Tous ces calculs peuvent être obtenus rapidement grâce à l’informatique. Plusieurs logiciels vous les fourniront: « l’Horloge indienne » d’ Uranie Software en français, ou « Goravani Jyotish » en anglais (logiciel complet d’astrologie indienne). Evitez les logiciels d’Auréas pour les techniques indiennes: la présentation des résultats est sans intérêt. Evitez aussi le logiciel « Andromède », vendu par Micro Application, qui fournit des calculs entièrement faux pour les périodes.

Après cette petite digression, revenons au livre de Shastri et à la méthode d’interprétation qu’il propose..

Après l’énoncé de 14 règles déterminant la bénéficité ou la maléficité d’une planète selon ses dignités ou sa direction, les « fruits » des planètes sont examinés pour chaque Ascendant. Chaque Maha dasha est ensuite examiné en fonction de la force de la planète qui le régit et sa position en signe. D’autres remarques terminent l’interprétation de chaque Maha dasha. Chaque Bhukti de chaque Maha dasha est ensuite étudié. Voici un exemple significatif de ce qui est dit:

Pour le période du Soleil et la sous-période de Mercure:

« Si Mercure est fort et placé en maison trikona ou kendra, il donne les facultés et les moyens d’acquérir maisons, véhicules, bijoux…, de tirer profit de toute chose, d’apprendre la musique et le chant ou de réussir dans ce domaine si la technique en est déjà connue, d’accroître le pouvoir de séduction auprès des femmes. Si Mercure est maître de la maison VIII, faible ou placé dans la 3ème, 6ème ou 11ème maison comptée à partir de la maison où se situe le Soleil, il apporte la destruction, l’anéantissement des pouvoirs, les pertes de toute nature, les maladies, la mort. »

Les fruits des Pratyantara dasha sont enfin étudiés, sans exhaustivité puique seuls 81 cas sur 729 figurent en fin d’ouvrage.

Si l’auteur ne tombe donc pas complètement dans le piège d’une interprétation toute faite des périodes planétaires, on regrette cependant qu’il n’ait pas su développer plus longuement sa méthode d’interprétation et l’illuster par de nombreux exemples: en annexe seules 3 périodes d’un thème sont étudiées rapidement. Le manque de pratique par l’exemple est le grand défaut du livre et de la collection.

(19/06/1997)

Achetez ce livre sur Amazon

Prévoir par l’astrologie, de Catherine Aubier

Aubier
Prévoir par l'astrologie

Encore un livre sur les transits ? Oui, mais celui-ci se distingue des autres, comme l’indique son sous-titre, par son triple point de vue. Et par sa qualité.

La théorie sur les transits est très simplement et très honnêtement expliquée sans laisser croire à l’étudiant qu’il pourra tout prédire avec précision tant dans la description de l’événement que dans le temps. Catherine Aubier n’hésite pas à donner son point de vue et surtout sa pratique, considérant, par exemple, qu’il vaut mieux juger les orbes en temps qu’en degrés avant et après le transit exact (3 mois pour Jupiter, 6 mois pour Saturne, 1 an pour les transsaturniennes).

On lira avec intérêt quelques encadrés de réflexions sur les dissonances d’un thème natal, sur le contexte et sur la façon de vivre les transits de chaque planète selon sa dominante. Les aspects utilisés sont réduits aux 5 principaux et relativisés quant à leur effet bénéfique ou maléfique.

La grande partie de l’ouvrage est consacrée au dictionnaire d’interprétation des transits de Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton sur les planètes rapides du thème (du Soleil à Mars) et les 4 angles. Ce dictionnaire est plutôt bien fait, distinguant les transits par conjonction, par trigone ou sextile, et enfin par carré ou opposition. Pour chaque aspect la signification est donnée à différents niveaux: humeur, événements, sens et piège (ou compensation pour les aspects carré ou opposition). On y trouve avec bonheur les témoignages de quelques personnes interrogées sur ce qu’elles ont ressenti ou vécu durant une période particulière.

Les transits des planètes rapides sont relégués dans une partie sur les « actualisations » où elles agissent de concert avec une planète lente. Selon l’auteur, la recherche et l’interprétation de ces transits n’ont qu’une « utilité très restreinte, réservée à ceux qui, se référant à l’astrologie à tout moment de leur vie, prennent leurs décisions uniquement en fonction du ciel du jour. Seules les périodes de rétrogradation donnent une importance plus grande aux transits de Mercure et Vénus. Les transits de Mars sont plus détaillés que les autres. Un chapitre est consacré aux transits sur les planètes lentes, transits appelés « transits de génération » puisque communs à tous les individus nés la même année, ainsi qu’aux cycles planétaires.

Fort heureusement, l’auteur n’omet pas de parler des transits composés sans lesquels les expériences sur cette technique n’aboutirait qu’à de tonitruants échecs. En effet, il ne faudrait pas interpréter le transit de Jupiter sur Vénus isolément si Saturne est aussi en transit sur la même planète.

Un dernier chapitre relève l’intérêt des transits utilisés avec les révolutions solaires. Selon l’auteur, la révolution solaire permet de mieux comprendre les transits par rapport au Soleil natal en notant dans quelles maisons se place le transit. Elle permet aussi de hiérarchiser l’importance de certains transits: un transit d’Uranus sur Lune sera moins perceptible l’année d’une révolution qui ne contient pas cet aspect. Elle permet d’affiner le sens positif ou négatif des transits: l’aspect existant dans la révolution entre deux planètes donne une précision supplémentaire au transit de conjonction d’une des deux planètes sur l’autre.

Pour conclure, Catherine Aubier joue aux questions-réponses: pouvez-vous tout prévoir ? Est-ce utile de savoir ? Pouvez-vous prévoir les accidents ? Pouvez-vous prévoir la mort ? Pour cette dernière question, la réponse de l’auteur est qu’on ne peut pas prévoir la mort. Livre à conseiller pour sa grande qualité de fond et de forme.

Prévoir par l’astrologie
Les transits planétaires: théorie, pratique, témoignages
de Catherine Aubier

Editons Solar, 1996, 198 pages, 110 FF
ISBN 2-263-02420-4

Achetez ce livre sur Amazon ou sur Priceminister